Coran 12-21 – Fonctionnement et élaboration de l’interface

Les 7, 8 et 9 décembre 2020, j’ai organisé une formation en ligne intitulée Étudier et publier les textes arabes avec le numérique dans le cadre des activités que je mène pour le GIS Moyen-Orient et mondes musulmans. La troisième et dernière journée, le 9 décembre, s’intitulait « Corpus arabe et environnement multilingue : analyser et publier ». Mouhamadoul Khaly Wélé et Maud Ingarao nous ont parlé de Coran 12-21.  Lors de leur intervention intitulée « Coran 12-21 : Comparaison des traductions du Coran en langues européennes : enjeux techniques », ils sont revenus sur le fonctionnement de l’interface et sur les différents aspects techniques de son élaboration. Ce billet propose une synthèse de leur propos.

Capture écran du site Coran 12-21 – accès par sourate

Les intervenants

Mouhamadoul Khaly Wélé

Mouhamadoul Khaly est doctorant contractuel à l’Université Lumière Lyon 2 ; il est rattaché au laboratoire de recherche UMR 5317 – IHRIM (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités). Il est co-directeur, avec Tristan Vigliano, du site Coran 12-21. Il prépare une thèse en littératures comparées sous la direction de Ziad Elmarsafy (King’s College de Londres) et de Tristan Vigliano (Aix-Marseille Université). Ses recherches portent sur les premières traductions françaises et anglaises du Coran (1647-1880) ». 

Maud Ingarao

Maud Ingarao est ingénieure en humanités numériques à l’ENS Lyon, rattachée à l’IHRIM (Institut d’Histoire des Représentations et des Idées dans les Modernités).

Le projet et le site

Mis en ligne en octobre 2019, le site Coran 12-21 est le fruit d’une idée de Tristan Vigliano (PU Université Aix-Marseille) et de sa collaboration avec Mouhamadoul Khaly Wélé et l’équipe de l’IRHIM depuis 2017.

L’objectif est de présenter des versions parallèles de traductions du Coran. Le nom « Coran 12-21 » renvoie, pour le 12, au xiie siècle, date de la première traduction du Coran dans une langue européenne, et pour le 21, à notre siècle, le xxie siècle.

Le site propose une présentation synoptique des traductions et une parallélisation des sourates, quand celle-ci est possible. Par ailleurs, le site propose des contextualisations précises de chacune des traductions, permettant de comparer les versions en tenant compte de leur contexte de production, et ainsi de les rapporter aux représentations de l’islam en Europe. L’objectif est donc de participer à historiciser ces traductions. Chaque notice de contextualisation a été rédigée par des spécialistes (ex. G. Bohas est l’auteur de la notice sur la traduction de Régis Blachère). Tout est par ailleurs supervisé par un comité scientifique. 

À noter que chaque notice est introduite par une présentation sonore en plusieurs langues (français, anglais et arabe).

Le site est disponible en plusieurs langues. Il propose des options de recherche et d’autre part un accès par édition qui permet notamment de visualiser l’édition et le texte original (fascimilé) en vis-à-vis : 

Quelques précisions sur les légendes : 

petit rond plein – notes de l’équipe Coran 12-21

petit triangle horizontal plein – notes du texte

Élaboration de la plateforme et aspects techniques

Le projet a été réalisé par une équipe qui a dû répondre et s’adapter à des contraintes spécifiques en prenant en compte les compétences disponibles, les délais souhaités et le budget disponible. 

Lors de cette présentation, Maud Ingarao est revenue sur les choix faits et les outils utilisés pour la préparation et la structuration des données d’une part et pour la consultation et l’exploitation des données d’autre part. Elle a par ailleurs rappelé l’importance des principes de la science ouverte et du FAIR qui s’imposent désormais. Les projets ANR et ERC obligent désormais à présenter des plan de gestion des données (cycle de vies de données, où ils seront déposés, etc…). Le fait d’utiliser des formats ouverts, des formats de données aident à répondre à ses exigences.

Choix faits pour l’élaboration du prototype : 

  • Réutilisation d’une librairie XSLT/JS libre pour le site 
  • Création d’une interface de travail pour la préparation des données. Pour cela ils ont utilisé Versioning Machine [v-machine.org] en récupérant leur librairie xlst et en l’adaptan à leurs besoins. Versioning Machine a été créé par Suzanne Schreibmann (auteur aussi de A Companion to Digital Humanities, Blackwell, 2008). Versioning Machine, qui utilise un certain schéma de la TEI, a été conçu au départ pour montrer les différentes éditions d’un texte au fil du temps, ou différentes étapes d’un manuscrit.
Capture écran de Versioning Machine – projet Prophecy of Merlin

Pour aligner les textes pour entrer dans le format de Versioning Machine, l’équipe a dû trouver des mécanismes de correspondance. Les difficultés rencontrées tenaient à la diversité de textes (textes et commentaires) et à l’hétérogénéité des structures textuelles (respect ou non des sourates/versets, etc). 

Lorsque les textes respectaient la structure du texte pivot (à savoir l’édition arabe du Coran de 1924), aucun problème ne se posait et un alignement structurel était réalisé. Cependant dans les autres cas (majoritaire), les textes étaient encodés selon leurs propres logiques textuelles puis aligner par des ancres/milestones (ie des balises auto-fermantes qui n’interfèrent pas dans la structure du texte).

  • Création d’interface de travail pour faciliter le travail aux non-familiers de XML. 

Interface utilisée : XMLMind XMLEditor (XXE). Intérêt par rapport à Oxygen –carénée donc pas possible de faire de fausse manipulation, ni de modifier la structure XML.

Capture écran de la page d’accueil du site
  • Le troisième outil utilisé est BaseX: Base de données XML native. Il ne s’agit pas  d’une base de donnée relationnelle.  Elle fabrique des indexs, etc directement sur des données XML. 
Capture écran du site

L’équipe IRHIM a donc fait le choix de l’univers XML pour ce projet car il répondait à tous les besoins qu’ils avaient. Ainsi que ce soit le langage pour encoder les données (comme SQL), le langage pour écrire les traitements informatiques (à l’image de PHP) ou le langage pour fabriquer des interfaces soit pour la relation humain/machine (IHM) soit pour la relation machine/machine (API) (exemple d’HTML), ils ont choisi l’univers XML :

XML pour le langage d’encodage des données, XPATH XQUERY XSLT pour le traitement informatique et XHTML pour l’interface.

  • Outils pour le versionnement : GIT et Gitlab. Maud Ingarao a rappelé l’importance de versionner les fichiers et elle a indiqué que la TGIR Huma-Num offrait ce service. Huma-Num propose toute une suite d’outils pour travailler sur un projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.